You know nothing, Jon Snow

Les connaisseurs auront reconnu instantanément le sujet de mon article du jour … Le titre de cet article est en effet une phrase culte de Game of Thrones, la série mythique de ces dernières années … J’aurais pu choisir « winter is coming », forcément, mais double problème de timing : dans la vraie vie, en ce moment, on va plutôt vers l’été, et dans la prochaine saison de la série, l’hiver est bel et bien là :

(faut être bien attentif pour voir que le froid est là, même à King’s Landing) 🙂

Mais c’est surtout de l’oeuvre originelle de George R. R. Martin (« A song of ice and fire » en VO) dont je vais vous parler aujourd’hui, car nous nous sommes enfin lancés, avec mon Mari, dans la lecture des 16 tomes déjà parus dans l’édition française …

En fait, cet article est un peu un mot d’excuse, comme pour l’Assassin Royal fin 2015 : je suis absolument prise au piège de ma lecture, et utilise chacun de mes (trop) rares moments de libre pour avancer dans les tomes, et donc je ne suis pas trop présente ni sur vos blogs, ni sur le mien (enfin, j’ai rien de palpitant à raconter non plus, hein) …

Donc, bref : cette oeuvre est tout simplement géniale … Que l’on aime ou pas la fantasy comme genre littéraire, force est de reconnaître le travail épique de GRR Martin, tout aussi épique, si ce n’est plus, que les aventures de ses héros …

Il a créé un monde vaste et regroupant des peuples très différents les uns des autres, en fournissant donc surement un travail de documentation phénoménal, et tout cela tient debout, il y a un peu de fantastique, principalement avec la présence des dragons, mais pas de trucs vraiment pas réalistes du tout genre la quasi-immortalité de certains personnages, présentes dans beaucoup de cycles de fantasy (coucou Belgarath et mon Fitz !), et à l’opposé du ton et de l’atmosphère souvent enfantin dans la fantasy (coucou les hobbits, coucou Garion !) … et c’est pas peu dire, vue la violence générale qui émane de Game of Thrones, et qui concerne tous les personnages ou presque, ce qui est beaucoup plus réaliste compte-tenu de l’époque médiévale où est censé se passer ce type d’histoires …

Et quels personnages, justement ! Tyrion, Daenerys, Jaime, Varys, Oberyn Martell et Ellaria Sand, Arya, Bran, et Jon Snow, bien sûr … 🙂 Si bien décrits par l’auteur, tous avec une part d’ombre, plus ou moins présente, et des dialogues qui font souvent mouche (ah, les dialogues entre Tyrion et Varys) …

landscape-1458830593-game-of-thrones-cast

Allez petit bémol, le style narratif est un peu lourd, et le mécanisme choisi, consistant à avoir le point de vue d’un personnage pour chaque chapitre, peut être un peu frustrant, car on peut rester sans nouvelles d’un personnage pendant très longtemps, mais quand on les lit à la chaîne comme je suis bien partie pour le faire, je trouve que ça passe.

Dans les bouquins, on se rend bien compte que la chute des Targaryen, qui a lieu 15 ans avant le premier livre, est due à une véritable guerre de Troie, avec Lyanna Stark dans le rôle d’Hélène et Rhaegar Targaryen dans le rôle de Pâris. Ceci n’est clairement pas pour me déplaire, vu mon engouement pour cette période de la mythologie et pour le film Troie.

Comme à mon habitude, j’ai cherché plus d’infos sur la genèse de l’oeuvre sur le net, et j’ai eu le coup de grâce en lisant que GRR Martin s’était inspiré du mur d’Hadrien (situé à la frontière Angleterre-Ecosse) pour le mur protégeant la frontière nord de Westeros, gardé par the Night’s Watch. Comme vous l’avez, je pense, bien compris à présent, le prénom de cet empereur romain a un écho particulier chez nous … 😉

Bref voilà, chapeau bas Mr Martin … Je rêve secrètement depuis toujours d’écrire un roman (j’ai même plusieurs histoires dans ma tête depuis environ 20 ans), mais cela me paraît tellement de travail, tellement inaccessible …

Aimez-vous aussi Game of Thrones ? Et que lisez-vous en ce moment ?

Publicités

Nevermind

Un 5 avril comme un autre … J’émerge du sommeil, j’embrasse mes loustics déjà levés par leur Super-Papa, une petite caresse à Naruto, et, comme chaque année, une petite pensée pour lui …

Un 5 avril comme un autre, il y a déjà 23 ans, Kurt Cobain quittait ce monde où il n’a, semble-t-il, jamais trouvé sa place … Et pourtant, il a trouvé de la place dans le cœur et les souvenirs de tellement de gens à travers le monde …

Le 5 avril 1994, je n’avais même pas 12 ans, alors j’ai découvert Nirvana deux ans plus tard seulement environ, alors que tout était déjà fini …

Peu importe si, là encore, je ne fais preuve d’aucune inventivité musicale, car, merde, quelle découverte ! La grosse claque, celle dont la marque ne quitte jamais vraiment ta joue … Des heures d’écoute dans ma chambre, des heures de visionnage de vidéos et de clips sur MCM dans notre salon, des parents toujours aussi compréhensifs, des soupirs énamourés en le regardant en photo avec ma meilleure amie du collège (L., au fait, je t’aime !) … 😉

Peu importe si Kurt Cobain était sans cesse défoncé, si ses cheveux étaient souvent d’une propreté douteuse et son style vestimentaire largement, et bien, grunge, et donc peu importe si, comme le disait à l’époque mon cher Papa (compréhensif mais lucide tout de même), « s’il n’était pas une star, tu ne te retournerais pas sur lui dans la rue » … 🙂

Peu importe s’ils n’auraient plus jamais rien écrit de potable après sa mort, surtout après la bombe Nevermind …

Peu importe d’ailleurs si, comme le disent leurs détracteurs, ils ne savaient faire que du bruit et crier sur leurs chansons (bon c’est vraiment faux car le batteur Dave Grohl s’en est quand même plutôt bien sorti avec les Foo Fighters et chez les Queens of the Stone Age, je dis ça je dis rien) …

Peu importe … car, moi, je le trouvais beau comme un Dieu, j’aimais quand il portait du vernis à ongles et du noir sur les yeux …

Kurt-Cobain

Peu importe car sa voix désespérée me serre toujours le cœur à chaque écoute, et car, surtout, lui aussi, il m’a accompagnée pendant cette sublime adolescence, celle où tout est possible, le bien comme le moins bien …

Peu importe car Nirvana m’accompagne toujours, depuis, dans mes playlists qu’ils ne quitteront jamais, j’en suis certaine …

Peu importe car j’espère qu’un jour, bientôt, malgré ce monde qui devient de plus en plus fou dans tous les domaines (s’il en avait une, Kurt Cobain se retournerait dans sa tombe !), mes loustics découvriront Nirvana et en ressortiront changés à jamais eux aussi …

NEVERMIND


Du coup, je relève mon propre défi à nouveau – Favorite top 5 :

  1. Come as you are – Nevermind, 1991
  2. Smells like teen spirit – Nevermind, 1991
  3. Lithium – Nevermind, 1991
  4. About a girl – Bleach, 1989
  5. Rape me (bah ouais, peu importe, donc …) – In Utero, 1993

Et une sixième en bonus, car c’est une chanson folk traditionnelle américaine, donc non composée par Nirvana : Where did you sleep last night – MTV Unplugged in New York, 1994

Et je partage avec vous « Smells like Nirvana », une parodie hilarante de « Smells like teen spirit » (écrite et réalisée en 1992 par « Weird Al » Yankovic), que nous adorons avec mon Mari (attention, il faut bien regarder tous les détails dans le clip et comparer avec le clip original, et bien écouter les paroles, genre « I don’t know what I’m saying » dans le refrain) : 🙂

Liebster Award 2017

J’aime bien parler de moi, alors je remercie Maxélie pour m’avoir nommée au Liebster Award 2017 ! 😉

Je suis censée vous faire part de 11 choses inédites sur moi, mais j’avoue avoir un peu de mal à trouver l’inspiration sur des sujets « généraux », alors je ne vais parler que de bouffe, pour changer un peu :

  1. j’aime beaucoup les grandes tablées et les (bons) repas qui s’éternisent en refaisant le monde, mais ce que j’aime par dessus tout, c’est manger seule, tranquille, en prenant mon temps pour déguster ce que je mange,
  2. j’ai une passion pour les cœurs de palmier, j’en mange environ deux fois par semaine, les jours où je fais diète, mais franchement j’adore ça depuis toujours, je ne saurais dire pourquoi, ça n’a pas vraiment de goût (et on se demande bien d’où ça vient et ce que c’est vraiment, ces trucs blancs à la consistance bizarre),
  3. j’aime tout ce qui est qualifié « d’abats » : le foie, les tripes, les pieds de cochon, les ris de veau, les abats du cabri cuisinés pour Noël en Corse (« a curadella »), le pâté (ou fromage) de tête,
  4. je vous écris cet article en mangeant de la salade de museau (CQFD le point précédent),
  5. je suis largement capable de manger en une seule fois un paquet de 12 « génoises fourrées à l’orange et nappées de chocolat » (des faux Pim’s, quoi – que je préfère aux vrais),
  6. je mange la chantilly directement au siphon,
  7. j’aime tout ce qui est régressif comme nourriture, style le lait concentré sucré (directement au tube bien sûr), la blédine biscuitée pour bébé avec du lait, les petits beurres ou les boudoirs quand on les laisse fondre dans la bouche, le riz ou la semoule au lait, et les bonbons bien sûr,
  8. bon j’aime aussi le salé, notamment le fromage avec du bon pain – pas trop cuit, le pain, et pas de baguette « ordinaire », et du fromage pas trop fort (et pourtant, là d’où je viens …),
  9. j’aime le jaune d’œuf cru ou presque, sous toutes ses formes, œuf miroir sur une crêpe complète, œuf à la coque, œuf au plat bien coulant, et le jaune d’œuf bien battu avec du sucre (du coup je suis frustrée là-dessus quand je suis enceinte),
  10. je ne boude pas un bon plat bien roboratif, où tu sors avec le bide bien rempli, genre une raclette, des lasagne, une bonne pizza, un bon plat de pâtes de mon Mari, un burger-frites,
  11. et après tout ça, vous comprenez pourquoi je suis « obligée » d’alterner des jours de diète et des jours « plaisir » … 🙂

IMG_20170327_202741.jpg

Et voici mes réponses aux questions de Maxélie :

1) Quelle est la première chose que tu fais le matin ?

Des choses très glamour : enlever mon masque de nuit et mes boules Quiès, m’étirer (allongée puis debout), sortir mon téléphone du mode avion et aller faire pipi (vous étiez prévenus pour le glamour !).

2) D’où vient le nom de ton blog ?

« Whatever it takes », expression que nous utilisons beaucoup avec mon Mari, surtout depuis le début de notre chemin vers H. et de notre parcours PMA, et qui avait refait son apparition sur notre frigo en magnet/lettres de scrabble pendant les essais pour J. (d’où le bandeau de mon blog) …

3) Quel est l’article que tu as préféré écrire sur ton blog ?

Incontestablement, l’article après mon TG positif pour J., où je m’adresse à mon H. futur grand frère : « ne le dis à personne » … Le récit d’un espoir si ténu, mais pourtant bel et bien là, découvert au cœur d’un week-end à l’actualité bien sombre, que, forcément, je n’oublierai jamais …

4) Qu’apprécies-tu lire sur le blog des autres ?

Les bonnes nouvelles, lorsqu’il s’agit de PMA ! Sinon, des articles « MILK », qui permettent d’avoir des nouvelles des bébés, et éventuellement de partager des astuces et conseils …

5) Quel serait le job de tes rêves ?

Franchement, je n’en sais rien … Je pense que chaque job a des avantages et des inconvénients … J’aime bien mon métier, et mon poste actuel, qui a donc des avantages et des inconvénients … 🙂

6) Qu’est ce que tu aimerais faire que tu n’as jamais osé faire ?

D’autres tatouages que celui que j’ai déjà depuis 16 ans, et plus gros, surtout …

7) De quoi es-tu le plus fière ?

La longévité de mon couple, et les choix et « ruptures » qui m’ont amenée à mon poste actuel : faire une thèse après mon école d’ingénieurs au lieu d’aller directement travailler en R&D, quitter la recherche pour un métier nécessitant de passer des qualifications professionnelles supplémentaires tout en travaillant, avoir ces trois examens du premier coup, puis quitter Paris en tentant l’aventure du télétravail (concluante depuis plus de 2 ans 1/2 déjà !) …

8) Une qualité que tu aimerais développer chez toi ?

La patience, en général, mais surtout, en ce moment, vis-à-vis de mon grand H. qui s’affirme bien et qui met donc le peu de patience que j’ai à rude épreuve …

9) Cite la plus grosse bêtise que tu aies faite

Euh … des grosses bêtises je ne sais pas trop, mais des trucs dont je suis pas très fière, il y en a c’est sûr, là ce qui me vient à l’esprit c’est les fois où je me fâche contre ma mère, ça m’attriste après (mais bon elle peut se montrer assez irritante 🙂 ), et dans le même genre, les deux derniers séjours de ma belle-famille chez nous ont été un peu tendus, je n’aime pas ça, le cliché « j’aime pas ma belle-famille » …

10) Où seras-tu cet été ?

En Corse et sur la côte basque, comme chaque été depuis seize ans à présent …

11) Question mystère : Qu’est ce qui te passe par la tête là maintenant tout de suite ?

Je me dis que le traiteur où j’ai pris ma salade de museau est vraiment très bon … 🙂

Je ne sais pas si ça a beaucoup circulé, mais je vais nommer toutes celles (et ceux – on ne sait jamais) qui ont envie de jouer le jeu ! Si vous n’avez pas trop d’idées pour les anecdotes, je vous invite à faire comme moi, partager vos coups de cœur (ou dégoûts) et habitudes alimentaires … Mes questions (un concentré de celles déjà vues sur d’autres blogs) :

  • Quelle est l’heure du jour que tu préfères ?
  • Un dessert favori ?
  • En ce moment, que lis-tu ?
  • Une qualité que tu aimerais développer chez toi ? 
  • Une date importante ?
  • Ton film préféré ?
  • Si tu avais pu choisir ton prénom ?
  • De quelle région es-tu ?
  • À quelle époque aurais-tu aimé vivre ?
  • Es-tu plutôt ville ou plutôt campagne ?
  • Quelle est la chose la plus folle que tu aies fait dans ta vie ? 

A vos claviers ! 😉

U2, aussi – Défi « Favorite top 5 »

Allez, un peu de musique aujourd’hui … Je vous ai déjà parlé de mes premiers véritables émois musicaux, incontestablement imputables aux inénarrables frères Gallagher d’Oasis, et je vous ai brièvement parlé de U2, un des autres groupes favoris de mon adolescence, dans ce billet sur mes vernis à ongles

Depuis quelques semaines, je réécoute pas mal de U2, et regarde pas mal de vieilles vidéos, alors j’ai eu envie de vous en parler un peu plus aujourd’hui …

Evidemment, on n’est pas dans le confidentiel là non plus – je n’ai de toute façon jamais eu aucun mérite à dénicher les groupes que j’écoute lol, je sais qu’ils sont considérés comme le plus grand groupe de rock du monde par certains, mais que ce soit vrai ou pas, peu importe après tout, car tout comme Oasis et quelques autres à l’époque, ils ont contribué à faire de l’adolescente que j’étais alors l’adulte que je suis à présent …

Bon, ok, il faut quand même leur reconnaître une carrière à la longévité impressionnante (bientôt 40 ans !), ET, surtout, sans avoir jamais changé de membres, ce qui est assez rare, même pour un « grand » groupe.

Pour moi, néanmoins, et j’espère qu’ils me pardonneront, leur carrière s’est arrêtée en 1997 avec Pop – et encore, juste pour « Staring at the sun » sur cet album, et deux-trois chansons sur Zooropa, l’album précédent, avec par contre un carton plein pour Achtung Baby en 1991, donc en résumé : carrière au top de 1980 à 1991, pente déclinante jusqu’en 1997, puis le néant à mon avis (allez, bisous bisous cœur cœur Bono, je t’aime quand même 🙂 ).

Nous les avons vu à Nice en 2005, pour le Vertigo Tour, et j’ai évidemment passé un excellent moment, en plus, c’était les 25 ans de leur premier album Boy, et ils ont donc joué pas mal de vieilles chansons, ce qui a compensé les chansons récentes …

Néanmoins, nous étions en retard de 22 ans ce soir-là, car c’est là que j’aurais aimé être, de toute mon âme :

Live at Red Rocks – Colorado, USA – Juin 1983

« This song is not a rebel song, this song is Sunday Bloody Sunday » ❤

Evidemment, j’avais moins d’un an à l’époque, donc cela aurait été un peu délicat … Allez, une petite machine à voyager dans le temps, quelqu’un, non ? 😉

Du coup, je vous propose un petit défi : établir le top 5 des chansons de votre groupe ou artiste favori (quelqu’il soit bien sûr !) …

Je me suis prêtée à l’exercice, avec U2 donc, et ce n’est franchement pas facile ! Mais cela donnerait je pense (j’ai eu plus de 20 ans pour y réfléchir, tout de même lol) :

  1. Gloria – October, 1981
  2. Sunday Bloody Sunday – War, 1983
  3. Until the end of the world – Achtung Baby, 1991
  4. Pride – The Unforgettable Fire, 1984
  5. I will follow – Boy, 1980

(Attention style vestimentaire et coupes de cheveux qui piquent un peu les yeux – mais vue sur le port de Dublin que j’ai du coup découvert avec émotion lors de quelques jours passés dans cette chouette ville en 2007)

Allez, vous relevez le défi ? 😉

Ou au moins, dites-moi s’il y a un groupe ou un artiste qui a contribué à vous « façonner » et qui vous accompagne depuis bien longtemps …

In-n-Out [100% MILK]

A quelques jours près, mon petit J. vient de passer l’étape symbolique du « autant de temps dedans que dehors », qui se place donc normalement aux 9 mois du bébé : autant de temps passé dans le ventre de Maman « qu’au dehors » … Souvenez-vous, je fais des bébés un peu pressés, alors pour J. c’était en gros pour ses 8 mois et une semaine …

J’en profite donc pour faire un petit MILK-bilan qui tient en une phrase : notre J. se porte comme un charme !

Après des premiers mois un peu difficiles (enfin disons entre ses troisième et cinquième mois) à cause probablement d’un reflux interne léger mais qui nous a quand même bien pourri les moments d’échange et de partage que sont les biberons, il dévore à présent tout ce qu’on lui présente, ce qui fait qu’il est devenu à 100% le bébé serein et souriant-tout-le-temps qu’il était déjà excepté pendant les repas (vous me suivez ?).

Bilan « physique » parfaitement dans les clous, a priori : 8 mois et 13 jours donc, deux jolies dents, environ 8,400 kgs et 71-72 cms je pense. Il a toujours un petit kilo de moins que H. au même âge, et fait donc moins « boule ». Côté cheveux, c’est pas encore ça, mais ça progresse un petit peu, il a presque l’air décoiffé quand il sort du bain (si, si). 🙂

La diversification suit parfaitement bien son cours : le repas du midi et le goûter sont acquis, avec protéines + légumes et compote à midi, et produits laitiers à 16h, et bientôt nous allons introduire légumes + féculents le soir.

Des siestes bien sympathiques, au moins 1/2h le matin (mais le plus souvent en poussette vu que nous « sortons » H.) et au moins deux heures l’après-midi ; un coucher tout paisible à 20h, parfois besoin d’un petit câlin entre 21h et 22h, mais ensuite, sauf rares exceptions toujours « justifiées », nuit parfaite jusqu’à 7h environ (bien trop tôt pour moi, mais bon, on peut pas tout avoir lol).

Il tient assis depuis quelques semaines, et c’est un vrai bonheur pour moi, la fille unique brimée, de le voir « jouer » avec son grand frère H. :

IMG_20170316_152508

Bien évidemment, cela occasionne les premières « tensions » entre eux, mais j’ai signé pour ça aussi, promis ! Bon je pense qu’ils ne vont pas s’ennuyer (et nous non plus), car H. se montre très possessif avec ses jouets, et J. réagit déjà bien clairement lorsque H. lui arrache un jouet des mains. Bon, mon H. à la tête dure et au cœur tendre ne résiste pas aux hurlements pleurs de son petit frère, pour l’instant, et lui présente toujours un jouet de substitution …

Les « progrès » de J. ont aussi entraîné un petit passage difficile pour H., surtout au niveau du coucher (sieste et soir). Cela va un peu mieux, mais il reste quand même très sensible en ce moment, donc nous devons composer avec son charmant caractère …

Voilà, en fait, le quotidien d’une famille normale, avec deux enfants en bas âge en parfaite santé ! C’est d’un banal, franchement … 😉 ❤

——————————————————————

Je finis mon article par un petit clin d’œil avec mon titre : « In-n-Out » est une chaîne de fast-foods implantée uniquement dans l’Ouest américain, célèbre pour ne proposer que très peu de burgers « officiels », mais plusieurs non officiels que seuls les initiés connaissent. Nous nous y sommes précipités lors de nos deux séjours en Californie, et franchement, c’est vraiment très bon.

964474_10200533229226123_1780590121_o

In-n-Out San Francisco, mai 2013 (take me back, please)

Et je me dois de mentionner une autre très bonne chaîne de burgers, implantée uniquement aux Etats-Unis également : « Jack in the box », pour un clin d’œil vraiment très en lien avec le personnage principal de cet article (comprenne qui pourra) … 😉

I Want It All [Mode MILK]

I Want It All*…

  • Je veux travailler à un rythme soutenu et aussi profiter de mes loustics
  • Je veux passer du temps avec eux mais avoir (beaucoup) de temps pour moi
  • Je veux continuer à travailler de chez moi pour garder les avantages (pas de trajet, manger à n’importe quelle heure, étendre une lessive en passant un coup de fil pro, se doucher après le sport entre midi et deux …), mais avoir mes collègues préférés avec moi aussi (venez, il est grand mon appart, on va se serrer) 🙂
  • Je veux rester mince tout en mangeant à peu près ce que je veux
  • Je veux vivre à Paris tout en bénéficiant des avantages de ma région actuelle : les prix (un peu) plus bas de l’immobilier – voire notre appart actuel juste transposé dans un coin bien précis du 15ème arrondissement, le climat très agréable, la plage à 5 minutes à pied … bon ok je délire complètement là …
  • Je veux faire du sport le week-end aussi sans culpabiliser de laisser H. et J. une petite heure à leur Super-Papa (pas facile quand, comme samedi dernier, mon H. s’accroche à moi en pleurant quand je pars pour un footing)
  • Le soir, je veux regarder un ou deux épisodes de nos séries du moment et lire mon bouquin après également (mais je tombe de sommeil à 22h)
  • Je veux être dans la parentalité bienveillante mais H. atteint très vite ma limite de patience (fort basse) et je hausse la voix bien vite, bien trop souvent à mon goût
  • Je veux que les asticots grandissent pour voir comment ils vont évoluer, à quoi il vont ressembler, quelle va être leur relation, mais en même temps je veux qu’ils restent des bébés toute leur vie … ❤

Voilà … I want it all… and I want it now (ben oui, tant qu’à faire) …

🙂

* : ou en français dans le texte, « vouloir le beurre, l’argent du beurre, et le cul de la fermière » …

Compromis

Il paraît que le secret pour qu’un couple dure, c’est de faire des compromis … Visiblement, avec Lui, on y arrive plutôt bien vu que ça dure depuis seize ans et demi, et en voici un exemple récent …

Je vous ai déjà parlé de mon addiction à mon café très très long du matin, que je me fais sur ma machine Nespress* classique, en appuyant deux fois sur le bouton « café long », que je programme déjà encore plus long que le réglage de base, et parfois en appuyant une fois également sur le bouton « café court », lorsque je ne mets pas de lait, tout cela avec la même capsule …

Oui là, les puristes du café se rendent bien compte que je bois en fait du pur jus de chaussettes … Les machines classiques Nespress* sont faites en effet pour faire des cafés plutôt courts. Mais depuis quelques mois, est sortie une nouvelle machine, Vertuo, qui nous promet d’être configurée exprès pour les « grandes tasses » (avec un nouveau type de capsules, bien sûr). Cette machine est en fait déjà vendue aux US et au Canada depuis plusieurs années, car il y a pas mal d’amateurs de jus de chaussettes comme moi dans ces pays-là. 😉

Bref, je vous passe les détails de la nouvelle technologie utilisée, de la tonne de demandes de brevet déposées pour la protéger (spéciale dédicace à moi-même) – j’ai donc craqué récemment et ai trouvé ce nouveau joujou sur le bon coin, neuve et à moins de 50% de son prix (astronomique bien sûr).

Alors que je déballe ma merveille, mon Mari réalise que je compte garder l’ancienne – et bien oui, elles ne sont pas dédiées à la même chose, si vous avez bien suivi (mieux que Lui en tout cas lol, car il n’avait pas compris à la base – bon il ne boit jamais de café, certes, donc ça ne l’intéresse pas trop mes problématiques de café court ou long) ! Il commence à se fâcher un petit peu, car il aime bien les intérieurs plutôt épurés et « design » (dans la mesure du possible, avec deux enfants de moins de 3 ans en ce moment on fait ce qu’on peut hein), donc les deux machines à café côte à côte pour transformer SA cuisine en showroom Nespress*, ça le bottait pas du tout …

IMG_20160919_184535

Ma première merveille (la machine à café, pas H.) 🙂

Alors que je commençais à déchanter et à le trouver bien rabat-joie, il a eu une idée lumineuse : ok pour garder les deux machines, mais on met la nouvelle dans mon bureau.

Et j’ai été bien obligée d’admettre que c’est franchement pas mal, ça fait encore plus « bureau », je trouve – enfin, ça ne m’a tout de même pas ramené mes collègues … 😦

IMG_20170211_091101

Ma deuxième merveille (Vertuo, toujours pas H. – ni J., d’ailleurs)

Bon, et sinon, ce café, il est comment ? J’ai l’impression que ça fait plus « vrai café », ça sent en tout cas vraiment le café filtre ou en grains, et forcément ma grande tasse du matin a plus de goût, vu qu’il est moins dilué. Ils ont encore une fois bien travaillé leur marketing, et ont développé des goûts bien adaptés pour être bus en café latte – genre on se croyait à Starb*cks (vanille, noisette, caramel). Mais je suppose que les vrais amateurs diront toujours que ça n’a rien à voir avec le « vrai café » …

Une chose est sûre, mon H. est toujours aussi fasciné par ces machines, quelque soit son âge (14 mois sur la première photo, 33 mois sur la deuxième) … 🙂

Alors, réussissez-vous à faire des compromis par chez vous ?