Summer 2017 – Carte postale #15

Je suis toujours là, mais en pointillés … Que dire, de toute façon, quand tout va plutôt bien ?

Le mois de juillet a été encore très intense au boulot, avec une petite coupure d’une semaine chez mes beaux-parents, sous le grand soleil de la côte basque (attention, de l’ironie se cache dans cette phrase) … 🙂

Je fais des journées beaucoup plus cool depuis le départ de mon patron en vacances début août (l’employée de l’année, parfois, c’est moi), et nous avons surtout très bien profité de 10 jours sur mon île de beauté – où le soleil est toujours au rendez-vous :

IMG_20170806_121548

Des plages prises d’assaut

IMG_20170811_092944

Des glaces tout à fait raisonnables

IMG_20170814_171604.jpg

Et une rivière dont l’eau n’était même pas froide – l’arnaque !

Et puis, je dois l’avouer, les meilleurs moments de cet été 2017 seront définitivement les rendez-vous hebdomadaires pris chaque lundi depuis le 17 juillet pour le visionnage de la nouvelle saison de Game of Thrones … je m’interdis de penser au fait que dans moins de deux semaines ce sera déjà fini … et je me délecte chaque semaine des spéculations et découvertes sur l’épisode à venir …

Et vous, quid de votre été ?

Publicités

Déjà un an de toi … [100% MILK]

Enfin, un an et trois jours, pour le coup (oui j’ai toujours du boulot par dessus la tête et ne peux poster qu’aujourd’hui) …

Lundi 3 juillet, mon petit J. a fêté son premier anniversaire …

[mode cliché] Déjà ! Je n’ai pas vu passer l’année … Ça passe trop vite … [\mode cliché]

Bon, à la vérité, nous l’avons bien vu passer, cette année, car elle n’a clairement pas été de tout repos … Je dirais surtout qu’elle a été en demi-teinte, un bonheur immense d’avoir enfin ma fratrie, et beaucoup de doutes et de fatigue, morale surtout, avec ce bébé vraiment pas facile sur de longues périodes (reflux je te hais), beaucoup de boulot ces derniers mois, et un deuzans/troizans qui ne laisse rien passer, et qui doit gérer l’invasion de son territoire par un petit frère de plus en plus envahissant …

Mais un grand frère qui a soufflé avec grand plaisir sur l’unique bougie de ce modeste gâteau (trop de boulot = bête gâteau de Savoie nappé de chocolat) :

19665150_10211862657974761_7305742998708410097_n

Comme je l’ai déjà dit ici, je sais que « the best is yet to come » – encore plein de chouettes étapes à franchir pour notre bébé J., souriant perpétuel de son état, toujours partant pour un câlin, mais au caractère qui s’affirme de jour en jour, et de plus en plus d’interactions entre mes loustics (et de disputes, oui bon, ça va les rabats-joie au fond de la salle, je vous vois) :

IMG_20170706_105408

Et aussi l’éclate totale pour moi de pouvoir rejouer aux Duplo (et bientôt aux Lego !) :

19510178_10211873635529193_1120368158216519698_n

Rien que pour ça, ça vaut le coup d’avoir des enfants, vraiment ! Ne lâchez rien les filles … Oui bon, désolée pour la blague plus que douteuse … 😦

Bref, surtout, je n’oublie pas cette autre citation qui décidément s’applique parfaitement à « ma » maternité : « je vous aime aujourd’hui, bien plus qu’hier et bien moins que demain » …

Happy 1 Little J.!

L’abonnée absente

Voilà, voilà, quatre semaines sans écrire … une sorte de traversée du désert bloguesque, mais pas que, malheureusement …

Je croule sous le boulot depuis mi mai, et cela ne va pas en s’arrangeant pour l’instant, je dois donc travailler un peu tous les soirs, et souvent le vendredi (mon jour de 4/5ème), en plus de journées de travail intenses donc. Cela s’accompagne bien sûr de culpabilité par rapport à mes deux loustics, ah, l’éternel dilemme des mamans qui aiment leur travail et leurs enfants … 😉

Et notre empêcheur de tourner en rond préféré, j’ai nommé Mister J., 11 mois (déjà !) au compteur, et 4 dents 1/2, nous a fait une belle rechute de son reflux interne, a priori, qui nous a littéralement pourri toutes nos soirées et une partie de nos nuits depuis mi-avril, et qui nous a bien inquiété bien sûr … Nous avons changé son traitement et arrêté complètement le lait de vache, et, bien que j’aie peur de l’écrire et que cela nous porte la poisse, la situation semble largement s’améliorer depuis une petite semaine … à suivre …

Pourtant, pendant le mois écoulé depuis mon dernier article, il y a eu une chouette fête d’anniversaire pour mon grand H., avec une quinzaine d’enfants et une trentaine d’adultes, bien trop de cadeaux et un gâteau arc-en-ciel bien plus beau à l’intérieur qu’à l’extérieur :

IMG_20170607_111411.jpg

Il y a eu ma troisième (déjà !) fête des mères, qui, je le sais bien, n’est qu’une invention commerciale, mais qui me fait réaliser à chaque fois la chance que nous avons de les avoir …

2017 - 1 (1)

Il y a aussi l’été qui s’installe tranquillement par chez nous, avec des déjeuners à rallonge sur notre terrasse avec nos potes, des sessions plage et des ploufs dans notre belle piscine gonflable …

Sans titre.png

Et il y a eu surtout cinq jours passés chez mes parents sur notre île de beauté, dans ma ville pour toujours, où, malgré une chouette maladie généralisée à toute la famille (je vous laisse imaginer lol), j’ai profité de chacun de mes pas sur Ses vieux pavés, que je n’avais pas foulés depuis octobre, et réalisé, comme toujours, que j’étais « chaque fois plus proche d’Elle » *, ma petite ville coincée entre la mer et la montagne, où je ne connais plus personne mais où chaque lieu est associé à un souvenir ou à une personne …

IMG_20170607_142815

Et voir avec émotion ma vieille poupée être utilisée à nouveau … ❤

Voilà, je suis navrée d’être moins présente ici et sur vos blogs, mais j’espère que vous allez toutes et tous aussi bien que possible … à bientôt ! 🙂

* : éclectisme musical quand tu nous tiens, cette référence vient de la chanson « Mon petit pays » des Fréro Delavega, que j’ai découverte avec émotion récemment alors qu’ils sont aux antipodes de mes goûts musicaux habituels … Ils y évoquent leur amour pour leur région natale, Bordeaux et ses environs – le début du clip se déroule d’ailleurs dans Bordeaux la Magnifique …

« Ouais la vie nous sépare mais je te vois ouais
Chaque fois plus proche de moi
Des heures, des jours, des mois je ne sais pas
Si loin de moi t’es toujours là »

In-n-Out [100% MILK]

A quelques jours près, mon petit J. vient de passer l’étape symbolique du « autant de temps dedans que dehors », qui se place donc normalement aux 9 mois du bébé : autant de temps passé dans le ventre de Maman « qu’au dehors » … Souvenez-vous, je fais des bébés un peu pressés, alors pour J. c’était en gros pour ses 8 mois et une semaine …

J’en profite donc pour faire un petit MILK-bilan qui tient en une phrase : notre J. se porte comme un charme !

Après des premiers mois un peu difficiles (enfin disons entre ses troisième et cinquième mois) à cause probablement d’un reflux interne léger mais qui nous a quand même bien pourri les moments d’échange et de partage que sont les biberons, il dévore à présent tout ce qu’on lui présente, ce qui fait qu’il est devenu à 100% le bébé serein et souriant-tout-le-temps qu’il était déjà excepté pendant les repas (vous me suivez ?).

Bilan « physique » parfaitement dans les clous, a priori : 8 mois et 13 jours donc, deux jolies dents, environ 8,400 kgs et 71-72 cms je pense. Il a toujours un petit kilo de moins que H. au même âge, et fait donc moins « boule ». Côté cheveux, c’est pas encore ça, mais ça progresse un petit peu, il a presque l’air décoiffé quand il sort du bain (si, si). 🙂

La diversification suit parfaitement bien son cours : le repas du midi et le goûter sont acquis, avec protéines + légumes et compote à midi, et produits laitiers à 16h, et bientôt nous allons introduire légumes + féculents le soir.

Des siestes bien sympathiques, au moins 1/2h le matin (mais le plus souvent en poussette vu que nous « sortons » H.) et au moins deux heures l’après-midi ; un coucher tout paisible à 20h, parfois besoin d’un petit câlin entre 21h et 22h, mais ensuite, sauf rares exceptions toujours « justifiées », nuit parfaite jusqu’à 7h environ (bien trop tôt pour moi, mais bon, on peut pas tout avoir lol).

Il tient assis depuis quelques semaines, et c’est un vrai bonheur pour moi, la fille unique brimée, de le voir « jouer » avec son grand frère H. :

IMG_20170316_152508

Bien évidemment, cela occasionne les premières « tensions » entre eux, mais j’ai signé pour ça aussi, promis ! Bon je pense qu’ils ne vont pas s’ennuyer (et nous non plus), car H. se montre très possessif avec ses jouets, et J. réagit déjà bien clairement lorsque H. lui arrache un jouet des mains. Bon, mon H. à la tête dure et au cœur tendre ne résiste pas aux hurlements pleurs de son petit frère, pour l’instant, et lui présente toujours un jouet de substitution …

Les « progrès » de J. ont aussi entraîné un petit passage difficile pour H., surtout au niveau du coucher (sieste et soir). Cela va un peu mieux, mais il reste quand même très sensible en ce moment, donc nous devons composer avec son charmant caractère …

Voilà, en fait, le quotidien d’une famille normale, avec deux enfants en bas âge en parfaite santé ! C’est d’un banal, franchement … 😉 ❤

——————————————————————

Je finis mon article par un petit clin d’œil avec mon titre : « In-n-Out » est une chaîne de fast-foods implantée uniquement dans l’Ouest américain, célèbre pour ne proposer que très peu de burgers « officiels », mais plusieurs non officiels que seuls les initiés connaissent. Nous nous y sommes précipités lors de nos deux séjours en Californie, et franchement, c’est vraiment très bon.

964474_10200533229226123_1780590121_o

In-n-Out San Francisco, mai 2013 (take me back, please)

Et je me dois de mentionner une autre très bonne chaîne de burgers, implantée uniquement aux Etats-Unis également : « Jack in the box », pour un clin d’œil vraiment très en lien avec le personnage principal de cet article (comprenne qui pourra) … 😉

Avant j’avais des principes … [MILK indigne]

… maintenant j’ai deux enfants …

Je reprends le principe de l’article « bad mom » de Dame Lapin, en l’axant également sur les choses pas trop avouables que nous ne faisions absolument pas lorsque H. était bébé, mais que nous faisons maintenant que nous avons deux enfants …

  • la plupart du temps, on rince les biberons de J. à l’eau même pas chaude (on habite en dernier étage d’un vieil immeuble et il faut un temps fou pour avoir de l’eau chaude) et sans savon
  • pour la diversification de J., nous utilisons des petits pots industriels quasiment exclusivement, alors que pour H. nous nous attelions à lui réaliser ses repas de la semaine le dimanche après-midi … Mais avec les soucis d’alimentation de J. du début, au moment de la diversification, nous nous sommes aperçus que les textures parfaites des petits pots industriels passaient bien mieux que nos purées maison, et depuis, nous continuons, alors qu’il dévore tout à présent …
  • pire,  nous lui donnons parfois des « desserts lactés » au goûter également, alors que H. n’avait droit qu’à des yaourts / fromages blancs / petits suisses nature non sucrés
  • H. n’a pas du voir la télé plus de 10 minutes en cumulé les deux premières années de sa vie, mais ce n’est plus le cas du tout depuis la naissance de son petit frère (2-3 Tro tro ou T’choupi le matin et le soir), ET J. regarde aussi parfois
  • pendant les six mois après la naissance de J. où je ne travaillais pas, je ne suis pas allée chercher une seule fois H. plus tôt chez sa nounou …
  • j’ai été vraiment contente d’aller trois jours à Paris pour le boulot la semaine dernière, d’aller au resto avec des amis très chers un soir et de refaire le monde avec mes cousins un autre soir, sans trop penser à mes loustics bien gâtés par leur papa
  • nous poussons H. à être entièrement dévoué à son petit frère « oh bébé J. a perdu son livre/doudou/etc, peux-tu lui ramasser stp ? », ainsi nous pouvons continuer par exemple à glander sur nos téléphones en buvant notre café (/jus d’orange pour mon Mari) – et maintenant le cher enfant le fait de lui-même en nous empêchant de nous lever (si, si)
  • attendre avec impatience les moments où mon Mari prend les asticots le week-end pour aller chercher les courses au drive ou acheter un énième bidule à Casto
  • laisser mon Mari se lever en premier le matin pour lever l’un ou l’autre, sous prétexte qu’il a un sommeil plus réparateur que le mien et qu’il n’arrive de toute façon pas à se rendormir après 7h

Bon, il y a surement beaucoup d’autres moments « bad mom » mais rien d’autre ne me vient …

Je sais que je suis une maman tout à fait banale, qui a besoin de ses moments à elle pour pouvoir gérer tout le reste du temps. Peut-être un tout petit peu plus égoïste et impatiente que la moyenne ? Mais la culpabilité est souvent là, quand même … J’ai notamment toujours eu l’impression que mon Mari en fait beaucoup plus que moi …

Et vous alors, passerez-vous aux aveux aussi ? 😉

BAD-MOMS.png

Image tirée du film « Bad moms » au titre approprié qui ne casse pas trois pattes à un canard, mais avec la jolie Mila Kunis de la série mythique de mon adolescence « That’ 70s show »

Cher Naruto, [Mode MILK]

Maintenant je sais pourquoi nous t’avons trouvé dans notre jardin, ce jeudi 4 septembre 2008 …

Je me suis longtemps demandé (toujours cet esprit cartésien) pourquoi, alors que nous avions évoqué à plusieurs reprises l’idée de prendre un chat (je les adore mais Lui en avait un peu peur) mais que nous ne nous étions jamais décidés (souvent absents etc.), tu avais atterri dans notre jardin, minuscule boule de poils roux, tout maigrichon et affamé, et pourquoi, malgré toutes nos recherches dans le voisinage, nous n’avons jamais trouvé d’où tu venais …

IMAG0051

Ah nous avons essayé de résister, tu ne t’en souviens surement pas : « on ne le laisse pas rentrer à l’intérieur », « il fait ses besoins dehors, pas besoin de litière », « on lui donne juste un peu de lait et quelques restes mais on lui achète pas de croquettes », « bon on lui laisse l’accès à la maison quand on est là mais sinon non », « bon il faut lui acheter à manger là », « ah tiens il pleut beaucoup ces jours-ci, il vaut mieux lui mettre une litière à l’intérieur », « bon allez on n’a qu’à le laisser rentrer la nuit aussi, il fait froid maintenant, c’est l’hiver », « ah il dort dans notre lit toutes les nuits en fait » …

Et voilà, en l’histoire de quelques semaines, l’affaire était pliée … Tu n’as jamais eu l’air de regretter ton choix, pourtant nous t’en avons fait voir de toutes les couleurs : un déménagement à Londres pour 10 mois seulement (avec un trajet d’une journée et deux apparts différents sur place), puis déménagement à Paris (3 apparts différents en 4 ans – et pas de terrasse bien sûr), et retour depuis deux ans et demi dans la ville où nous t’avions trouvé (avec deux apparts différents en moins d’un an, mais là promis ça devrait s’arrêter pour un bon bout de temps – et avec une super terrasse), et bien sûr l’arrivée de deux loustics qui réclament toute notre attention …

Depuis qu’on t’a trouvé, nos amis disent que j’ai piégé mon Mari en t’achetant et en te mettant volontairement dans notre jardin, genre « oh mais regarde le pauvre il est perdu, il est trop mignon » …

Je jure que c’est faux en rigolant, mais je sais maintenant, au fond de moi, pourquoi les choses se sont passées comme ça : tu nous as choisis, ce jeudi de septembre, car tu savais que nous allions avoir besoin de toi à un moment donné de nos vies …

Tu nous as tellement apporté pendant toutes ces années, mais surtout entre début 2012 et septembre 2013, lorsque nos vies ont été comme en suspens, nous retenions notre souffle, mais toi tu nous regardais toujours aussi calmement, de tes yeux oranges, en ronronnant si fort et en jouant ton rôle d’éternel pot de colle …

Cliché n’est-ce-pas ? Le chat de la PMette … Et alors !

Depuis l’arrivée de H. et J., nous t’accordons beaucoup moins d’attention, c’est certain ; à la place de nos nombreuses caresses, tu as surtout à présent une grande asperge qui te court après pour te tirer la queue, et un bébé joufflu qui t’interpelle en poussant des charmants cris de goret dès qu’il te voit. Pourtant tu n’as pas changé d’un iota, tu vaques à tes siestes occupations la journée, et le soir tu retrouves ta place attitrée au pied de notre lit …

img_20170219_114036

Je ne ressens aucune honte à te remercier, Naruto, et à te souhaiter une vie très longue encore, maintenant que H. et J. sont là et que vous regarder « jouer » ensemble déjà me fait souvent monter les larmes aux yeux d’émotion …

Ta reconnaissante amie,

MA. ❤

Se rendre à l’évidence … [MILK indigne]

Aujourd’hui, cela fait un mois que j’ai repris le boulot … Et ça va, ça va même plutôt très bien …

Je suis contente d’avoir retrouvé mon métier, qui est compliqué intellectuellement mais intéressant pour le coup, enfin la plupart du temps. Mon patron avait l’air très content de me « retrouver » et me laisse encore plus de liberté qu’avant … Alors que je me suis arrêtée huit mois l’année dernière en tout, j’ai quand même eu une augmentation fin janvier (bon pas de prime pour 2016, faut pas déconner). J’ai été ravie de revoir mes collègues et de passer 3 jours à Paris pour ma reprise (j’y vais environ toutes les 5-6 semaines), j’ai toujours des pincements au cœur quand il m’arrive d’y penser en travaillant seule chez moi le reste du temps, mais vous conviendrez qu’il y a pire comme environnement de travail :

11836669_10206206329130075_496991279906822756_n

Moment de chômage technique dû à un gros chat orange 😋

img_20170201_150828

Et avec cette vue depuis mon fauteuil, donc :

IMG_20170201_151631.jpg

Le télétravail a clairement des avantages dans la gestion du quotidien : pas de trajets bien sûr, la possibilité de réceptionner les colis, de lancer les lessives en journée (je les étends et ramasse le linge en passant mes coups de fil pro – même pas honte), de faire quelques courses entre midi et deux, de se doucher tranquillement quand on fait du sport entre midi et deux (deux fois par semaine pour ma part), et je suis sur place s’il arrive quelque chose aux petits chez la nounou … Je peux également finir 2-3 trucs de boulot une fois les enfants couchés, mais j’essaie de ne pas abuser bien sûr.

Côté organisation, je sors toujours le matin, soit pour amener les loustics chez leur nounou, soit pour faire des courses rapides, ainsi j’ai l’impression « d’arriver au travail » comme si je ne travaillais pas de chez moi – et je me prépare de la même façon qu’avant, en choisissant ma tenue avec soin et en me maquillant évidemment. En général, je suis devant mon ordi vers 9h10. Le matin ce n’est pas trop la course, car H. n’étant pas encore à l’école nous n’avons pas d’horaire ferme à respecter, le seul moment critique est le moment où il faut lui faire accepter de s’habiller. 😉 A partir de septembre, ce sera une autre paire de manches.

Le soir c’est mon Mari qui va les chercher car il a moins de travail que moi en ce moment, et tout ce beau monde rentre à 18h40 pétantes pour 1h30 de folie avec un peu de jeux et de câlins mais surtout le bain, les repas, et les couchers des deux asticots. Vers 20h15-30, on peut souffler avec mon Mari et commencer notre soirée. Parents indignes, va ! 🙂

Petit J. semble très bien chez sa nounou, il mange en plus très bien depuis fin décembre, ce qui est bien agréable comparé aux longs épisodes entre septembre et décembre où les biberons ont été franchement très difficiles. Il ne se réveille plus dans la nuit ou à l’aube depuis quelques semaines, et commence à faire de belles siestes l’après-midi (chez nous en tout cas, car chez la nounou il semblerait qu’il soit gêné par l’autre petite fille qui a toujours fait très peu de sieste et donc fait du bruit) …

Alors voilà, il faut se rendre à l’évidence, je ne suis pas faite pour être femme au foyer et pour m’occuper 24/7 de mes enfants … En travaillant et avec les enfants gardés « ailleurs », je trouve du coup que l’on profite encore plus des moments que nous passons ensemble, car ils sont précieux (bon ok le soir et le matin en semaine c’est un peu une succession de moments où l’on agit « mécaniquement », mais quand même). Et puis j’ai quand même le vendredi en bonus avec eux, et donc trois jours de week-end d’affilée, ce qui parfois me semble bien suffisant … 🙂

Je me trouve même moins fatiguée depuis que j’ai repris le travail ! Pourtant il ne me semblait pas que les journées avec J. étaient si fatigantes que cela, car en dehors des biberons parfois longs et difficiles psychologiquement pour moi, il était quand même plutôt cool. Mais il faut croire que travailler est moins fatigant (dans mon cas) !

Et vous, plutôt working mum ou pas ?