Déjà un an de toi … [100% MILK]

Enfin, un an et trois jours, pour le coup (oui j’ai toujours du boulot par dessus la tête et ne peux poster qu’aujourd’hui) …

Lundi 3 juillet, mon petit J. a fêté son premier anniversaire …

[mode cliché] Déjà ! Je n’ai pas vu passer l’année … Ça passe trop vite … [\mode cliché]

Bon, à la vérité, nous l’avons bien vu passer, cette année, car elle n’a clairement pas été de tout repos … Je dirais surtout qu’elle a été en demi-teinte, un bonheur immense d’avoir enfin ma fratrie, et beaucoup de doutes et de fatigue, morale surtout, avec ce bébé vraiment pas facile sur de longues périodes (reflux je te hais), beaucoup de boulot ces derniers mois, et un deuzans/troizans qui ne laisse rien passer, et qui doit gérer l’invasion de son territoire par un petit frère de plus en plus envahissant …

Mais un grand frère qui a soufflé avec grand plaisir sur l’unique bougie de ce modeste gâteau (trop de boulot = bête gâteau de Savoie nappé de chocolat) :

19665150_10211862657974761_7305742998708410097_n

Comme je l’ai déjà dit ici, je sais que « the best is yet to come » – encore plein de chouettes étapes à franchir pour notre bébé J., souriant perpétuel de son état, toujours partant pour un câlin, mais au caractère qui s’affirme de jour en jour, et de plus en plus d’interactions entre mes loustics (et de disputes, oui bon, ça va les rabats-joie au fond de la salle, je vous vois) :

IMG_20170706_105408

Et aussi l’éclate totale pour moi de pouvoir rejouer aux Duplo (et bientôt aux Lego !) :

19510178_10211873635529193_1120368158216519698_n

Rien que pour ça, ça vaut le coup d’avoir des enfants, vraiment ! Ne lâchez rien les filles … Oui bon, désolée pour la blague plus que douteuse … 😦

Bref, surtout, je n’oublie pas cette autre citation qui décidément s’applique parfaitement à « ma » maternité : « je vous aime aujourd’hui, bien plus qu’hier et bien moins que demain » …

Happy 1 Little J.!

L’abonnée absente

Voilà, voilà, quatre semaines sans écrire … une sorte de traversée du désert bloguesque, mais pas que, malheureusement …

Je croule sous le boulot depuis mi mai, et cela ne va pas en s’arrangeant pour l’instant, je dois donc travailler un peu tous les soirs, et souvent le vendredi (mon jour de 4/5ème), en plus de journées de travail intenses donc. Cela s’accompagne bien sûr de culpabilité par rapport à mes deux loustics, ah, l’éternel dilemme des mamans qui aiment leur travail et leurs enfants … 😉

Et notre empêcheur de tourner en rond préféré, j’ai nommé Mister J., 11 mois (déjà !) au compteur, et 4 dents 1/2, nous a fait une belle rechute de son reflux interne, a priori, qui nous a littéralement pourri toutes nos soirées et une partie de nos nuits depuis mi-avril, et qui nous a bien inquiété bien sûr … Nous avons changé son traitement et arrêté complètement le lait de vache, et, bien que j’aie peur de l’écrire et que cela nous porte la poisse, la situation semble largement s’améliorer depuis une petite semaine … à suivre …

Pourtant, pendant le mois écoulé depuis mon dernier article, il y a eu une chouette fête d’anniversaire pour mon grand H., avec une quinzaine d’enfants et une trentaine d’adultes, bien trop de cadeaux et un gâteau arc-en-ciel bien plus beau à l’intérieur qu’à l’extérieur :

IMG_20170607_111411.jpg

Il y a eu ma troisième (déjà !) fête des mères, qui, je le sais bien, n’est qu’une invention commerciale, mais qui me fait réaliser à chaque fois la chance que nous avons de les avoir …

2017 - 1 (1)

Il y a aussi l’été qui s’installe tranquillement par chez nous, avec des déjeuners à rallonge sur notre terrasse avec nos potes, des sessions plage et des ploufs dans notre belle piscine gonflable …

Sans titre.png

Et il y a eu surtout cinq jours passés chez mes parents sur notre île de beauté, dans ma ville pour toujours, où, malgré une chouette maladie généralisée à toute la famille (je vous laisse imaginer lol), j’ai profité de chacun de mes pas sur Ses vieux pavés, que je n’avais pas foulés depuis octobre, et réalisé, comme toujours, que j’étais « chaque fois plus proche d’Elle » *, ma petite ville coincée entre la mer et la montagne, où je ne connais plus personne mais où chaque lieu est associé à un souvenir ou à une personne …

IMG_20170607_142815

Et voir avec émotion ma vieille poupée être utilisée à nouveau … ❤

Voilà, je suis navrée d’être moins présente ici et sur vos blogs, mais j’espère que vous allez toutes et tous aussi bien que possible … à bientôt ! 🙂

* : éclectisme musical quand tu nous tiens, cette référence vient de la chanson « Mon petit pays » des Fréro Delavega, que j’ai découverte avec émotion récemment alors qu’ils sont aux antipodes de mes goûts musicaux habituels … Ils y évoquent leur amour pour leur région natale, Bordeaux et ses environs – le début du clip se déroule d’ailleurs dans Bordeaux la Magnifique …

« Ouais la vie nous sépare mais je te vois ouais
Chaque fois plus proche de moi
Des heures, des jours, des mois je ne sais pas
Si loin de moi t’es toujours là »

3 ans !!! (Carte Postale #14)

C’est toujours sans réaliser tout à fait que je me réveille le jour de son anniversaire, mais force m’est de l’accepter : notre grand H. a eu 3 ans hier !

H_3ans

3 ans, un âge symbolique car a priori synonyme, en France, de rentrée à l’école … Donc dans quelques mois seulement pour lui maintenant ! Je vous avoue que j’ai vraiment hâte d’y être, car j’ai toujours beaucoup aimé l’école, et nous avons l’impression que H. s’ennuie un peu chez sa nounou (bon en fait il nous le dit clairement lol). Je pense néanmoins que le choc va être rude pour lui : il a quand même du mal avec le changement, aussi minime soit-il (genre accepter un nouveau vêtement, oui, oui), alors passer de 3 ans de garde chez sa nounou avec maximum deux autres enfants à une classe pleine d’enfants surement tout aussi apeurés que lui, ça va lui faire drôle !

Sinon, que vous dire ? 

Il est magnifique forcément, avec ses longs cils bordant des yeux verts très foncés, ses cheveux bien fournis changeant de couleur selon la luminosité, et son long corps tout mince aux muscles déjà bien dessinés …

Il parle vraiment très bien, avec un vocabulaire conséquent pour son âge (enfin il me semble, je ne suis pas experte du tout), des phrases très bien construites sujet-verbe-complément + adverbe ou conjonction bien choisis, et avec bien sûr des défauts de prononciation aléatoires sur certains sons et certains mots (peinture = peintune, fermer = siermer) … Il nous scie fréquemment avec ses raisonnements toujours très justes et très poussés …

C’est un vrai grand frère : protecteur envers son petit frère, mais aussi envers ses jouets évidemment, ce qui occasionne de gros chagrins chez J., suivis par de gros calins de H. Le cercle vicieux qui nous fait fondre pour l’instant … 😉 

Bon, il faut bien qu’il ait des défauts, cet enfant, tout de même, ce ne serait pas juste par rapport aux autres (!!), alors voilà, depuis quelques mois​, c’est la galère pour le coucher (sieste et soir). Et que avec nous, bien sûr, pas de souci à la sieste chez sa nounou, et avec les grands parents quand il est seul avec eux … Nous essayons tout ce qui nous vient à l’esprit pour faire en sorte qu’il se sente bien dans son lit … C’est assez usant bien sûr (d’autant plus que petit J. a des soucis de sommeil en ce moment aussi, notamment entre 20h30 et 22h), et j’avoue égoïstement que ça pèse sur nos soirées, moments que je trouve primordial pour se retrouver lorsque l’on a des enfants … 

Allez, on t’aime quand même … Notre H. à la tête dure et au cœur tendre … 

Happy 3! 

Compromis

Il paraît que le secret pour qu’un couple dure, c’est de faire des compromis … Visiblement, avec Lui, on y arrive plutôt bien vu que ça dure depuis seize ans et demi, et en voici un exemple récent …

Je vous ai déjà parlé de mon addiction à mon café très très long du matin, que je me fais sur ma machine Nespress* classique, en appuyant deux fois sur le bouton « café long », que je programme déjà encore plus long que le réglage de base, et parfois en appuyant une fois également sur le bouton « café court », lorsque je ne mets pas de lait, tout cela avec la même capsule …

Oui là, les puristes du café se rendent bien compte que je bois en fait du pur jus de chaussettes … Les machines classiques Nespress* sont faites en effet pour faire des cafés plutôt courts. Mais depuis quelques mois, est sortie une nouvelle machine, Vertuo, qui nous promet d’être configurée exprès pour les « grandes tasses » (avec un nouveau type de capsules, bien sûr). Cette machine est en fait déjà vendue aux US et au Canada depuis plusieurs années, car il y a pas mal d’amateurs de jus de chaussettes comme moi dans ces pays-là. 😉

Bref, je vous passe les détails de la nouvelle technologie utilisée, de la tonne de demandes de brevet déposées pour la protéger (spéciale dédicace à moi-même) – j’ai donc craqué récemment et ai trouvé ce nouveau joujou sur le bon coin, neuve et à moins de 50% de son prix (astronomique bien sûr).

Alors que je déballe ma merveille, mon Mari réalise que je compte garder l’ancienne – et bien oui, elles ne sont pas dédiées à la même chose, si vous avez bien suivi (mieux que Lui en tout cas lol, car il n’avait pas compris à la base – bon il ne boit jamais de café, certes, donc ça ne l’intéresse pas trop mes problématiques de café court ou long) ! Il commence à se fâcher un petit peu, car il aime bien les intérieurs plutôt épurés et « design » (dans la mesure du possible, avec deux enfants de moins de 3 ans en ce moment on fait ce qu’on peut hein), donc les deux machines à café côte à côte pour transformer SA cuisine en showroom Nespress*, ça le bottait pas du tout …

IMG_20160919_184535

Ma première merveille (la machine à café, pas H.) 🙂

Alors que je commençais à déchanter et à le trouver bien rabat-joie, il a eu une idée lumineuse : ok pour garder les deux machines, mais on met la nouvelle dans mon bureau.

Et j’ai été bien obligée d’admettre que c’est franchement pas mal, ça fait encore plus « bureau », je trouve – enfin, ça ne m’a tout de même pas ramené mes collègues … 😦

IMG_20170211_091101

Ma deuxième merveille (Vertuo, toujours pas H. – ni J., d’ailleurs)

Bon, et sinon, ce café, il est comment ? J’ai l’impression que ça fait plus « vrai café », ça sent en tout cas vraiment le café filtre ou en grains, et forcément ma grande tasse du matin a plus de goût, vu qu’il est moins dilué. Ils ont encore une fois bien travaillé leur marketing, et ont développé des goûts bien adaptés pour être bus en café latte – genre on se croyait à Starb*cks (vanille, noisette, caramel). Mais je suppose que les vrais amateurs diront toujours que ça n’a rien à voir avec le « vrai café » …

Une chose est sûre, mon H. est toujours aussi fasciné par ces machines, quelque soit son âge (14 mois sur la première photo, 33 mois sur la deuxième) … 🙂

Alors, réussissez-vous à faire des compromis par chez vous ?

Avant j’avais des principes … [MILK indigne]

… maintenant j’ai deux enfants …

Je reprends le principe de l’article « bad mom » de Dame Lapin, en l’axant également sur les choses pas trop avouables que nous ne faisions absolument pas lorsque H. était bébé, mais que nous faisons maintenant que nous avons deux enfants …

  • la plupart du temps, on rince les biberons de J. à l’eau même pas chaude (on habite en dernier étage d’un vieil immeuble et il faut un temps fou pour avoir de l’eau chaude) et sans savon
  • pour la diversification de J., nous utilisons des petits pots industriels quasiment exclusivement, alors que pour H. nous nous attelions à lui réaliser ses repas de la semaine le dimanche après-midi … Mais avec les soucis d’alimentation de J. du début, au moment de la diversification, nous nous sommes aperçus que les textures parfaites des petits pots industriels passaient bien mieux que nos purées maison, et depuis, nous continuons, alors qu’il dévore tout à présent …
  • pire,  nous lui donnons parfois des « desserts lactés » au goûter également, alors que H. n’avait droit qu’à des yaourts / fromages blancs / petits suisses nature non sucrés
  • H. n’a pas du voir la télé plus de 10 minutes en cumulé les deux premières années de sa vie, mais ce n’est plus le cas du tout depuis la naissance de son petit frère (2-3 Tro tro ou T’choupi le matin et le soir), ET J. regarde aussi parfois
  • pendant les six mois après la naissance de J. où je ne travaillais pas, je ne suis pas allée chercher une seule fois H. plus tôt chez sa nounou …
  • j’ai été vraiment contente d’aller trois jours à Paris pour le boulot la semaine dernière, d’aller au resto avec des amis très chers un soir et de refaire le monde avec mes cousins un autre soir, sans trop penser à mes loustics bien gâtés par leur papa
  • nous poussons H. à être entièrement dévoué à son petit frère « oh bébé J. a perdu son livre/doudou/etc, peux-tu lui ramasser stp ? », ainsi nous pouvons continuer par exemple à glander sur nos téléphones en buvant notre café (/jus d’orange pour mon Mari) – et maintenant le cher enfant le fait de lui-même en nous empêchant de nous lever (si, si)
  • attendre avec impatience les moments où mon Mari prend les asticots le week-end pour aller chercher les courses au drive ou acheter un énième bidule à Casto
  • laisser mon Mari se lever en premier le matin pour lever l’un ou l’autre, sous prétexte qu’il a un sommeil plus réparateur que le mien et qu’il n’arrive de toute façon pas à se rendormir après 7h

Bon, il y a surement beaucoup d’autres moments « bad mom » mais rien d’autre ne me vient …

Je sais que je suis une maman tout à fait banale, qui a besoin de ses moments à elle pour pouvoir gérer tout le reste du temps. Peut-être un tout petit peu plus égoïste et impatiente que la moyenne ? Mais la culpabilité est souvent là, quand même … J’ai notamment toujours eu l’impression que mon Mari en fait beaucoup plus que moi …

Et vous alors, passerez-vous aux aveux aussi ? 😉

BAD-MOMS.png

Image tirée du film « Bad moms » au titre approprié qui ne casse pas trois pattes à un canard, mais avec la jolie Mila Kunis de la série mythique de mon adolescence « That’ 70s show »

Se rendre à l’évidence … [MILK indigne]

Aujourd’hui, cela fait un mois que j’ai repris le boulot … Et ça va, ça va même plutôt très bien …

Je suis contente d’avoir retrouvé mon métier, qui est compliqué intellectuellement mais intéressant pour le coup, enfin la plupart du temps. Mon patron avait l’air très content de me « retrouver » et me laisse encore plus de liberté qu’avant … Alors que je me suis arrêtée huit mois l’année dernière en tout, j’ai quand même eu une augmentation fin janvier (bon pas de prime pour 2016, faut pas déconner). J’ai été ravie de revoir mes collègues et de passer 3 jours à Paris pour ma reprise (j’y vais environ toutes les 5-6 semaines), j’ai toujours des pincements au cœur quand il m’arrive d’y penser en travaillant seule chez moi le reste du temps, mais vous conviendrez qu’il y a pire comme environnement de travail :

11836669_10206206329130075_496991279906822756_n

Moment de chômage technique dû à un gros chat orange 😋

img_20170201_150828

Et avec cette vue depuis mon fauteuil, donc :

IMG_20170201_151631.jpg

Le télétravail a clairement des avantages dans la gestion du quotidien : pas de trajets bien sûr, la possibilité de réceptionner les colis, de lancer les lessives en journée (je les étends et ramasse le linge en passant mes coups de fil pro – même pas honte), de faire quelques courses entre midi et deux, de se doucher tranquillement quand on fait du sport entre midi et deux (deux fois par semaine pour ma part), et je suis sur place s’il arrive quelque chose aux petits chez la nounou … Je peux également finir 2-3 trucs de boulot une fois les enfants couchés, mais j’essaie de ne pas abuser bien sûr.

Côté organisation, je sors toujours le matin, soit pour amener les loustics chez leur nounou, soit pour faire des courses rapides, ainsi j’ai l’impression « d’arriver au travail » comme si je ne travaillais pas de chez moi – et je me prépare de la même façon qu’avant, en choisissant ma tenue avec soin et en me maquillant évidemment. En général, je suis devant mon ordi vers 9h10. Le matin ce n’est pas trop la course, car H. n’étant pas encore à l’école nous n’avons pas d’horaire ferme à respecter, le seul moment critique est le moment où il faut lui faire accepter de s’habiller. 😉 A partir de septembre, ce sera une autre paire de manches.

Le soir c’est mon Mari qui va les chercher car il a moins de travail que moi en ce moment, et tout ce beau monde rentre à 18h40 pétantes pour 1h30 de folie avec un peu de jeux et de câlins mais surtout le bain, les repas, et les couchers des deux asticots. Vers 20h15-30, on peut souffler avec mon Mari et commencer notre soirée. Parents indignes, va ! 🙂

Petit J. semble très bien chez sa nounou, il mange en plus très bien depuis fin décembre, ce qui est bien agréable comparé aux longs épisodes entre septembre et décembre où les biberons ont été franchement très difficiles. Il ne se réveille plus dans la nuit ou à l’aube depuis quelques semaines, et commence à faire de belles siestes l’après-midi (chez nous en tout cas, car chez la nounou il semblerait qu’il soit gêné par l’autre petite fille qui a toujours fait très peu de sieste et donc fait du bruit) …

Alors voilà, il faut se rendre à l’évidence, je ne suis pas faite pour être femme au foyer et pour m’occuper 24/7 de mes enfants … En travaillant et avec les enfants gardés « ailleurs », je trouve du coup que l’on profite encore plus des moments que nous passons ensemble, car ils sont précieux (bon ok le soir et le matin en semaine c’est un peu une succession de moments où l’on agit « mécaniquement », mais quand même). Et puis j’ai quand même le vendredi en bonus avec eux, et donc trois jours de week-end d’affilée, ce qui parfois me semble bien suffisant … 🙂

Je me trouve même moins fatiguée depuis que j’ai repris le travail ! Pourtant il ne me semblait pas que les journées avec J. étaient si fatigantes que cela, car en dehors des biberons parfois longs et difficiles psychologiquement pour moi, il était quand même plutôt cool. Mais il faut croire que travailler est moins fatigant (dans mon cas) !

Et vous, plutôt working mum ou pas ?

Effort & Récompense

Il y a six ans, le 23 janvier 2011, en montant sur la balance de mes beaux-parents, j’étais loin de m’imaginer que j’allais profondément modifier mon mode de vie pour les années à venir …

Il m’arrive encore maintenant de me demander comment un acte aussi anodin a pu influer autant sur ma vie, en bien et en mal évidemment … Au point que je me souvienne de la date précise ! Bon, certes, j’adore me souvenir des dates « importantes », et les « célébrer », au moins dans ma tête, chaque année … Mais là, tout de même, une simple pesée ?

Oui mais ce matin-là, en montant « out of nowhere » sur la balance de mes beaux-parents qui trône toujours dans leur salle-de-bains, j’ai eu un triple choc : le nombre affiché était bien 5 kgs au-dessus de ce que j’imaginais (je ne me pesais plus depuis des années), je me rapprochais dangereusement d’un changement de dizaine, et j’avais pris environ 10 kgs en 10 ans, depuis le départ de chez mes parents à 18 ans pour mes études supérieures …

Je vous l’ai déjà raconté, en quelques semaines, la volonté était là, il me fallait absolument au moins arrêter de grossir, et pourquoi pas perdre quelques kilos … Evidemment, c’est allé bien plus loin que cela, en moins de trois mois j’ai perdu environ 8 kilos, me suis stabilisée peu après à environ 6 kilos en moins, que je n’ai jamais repris depuis (sauf pendant mes grossesses bien sûr), et je me suis également pas mal musclée.

Pour cela, j’ai changé mon alimentation, évidemment, mais j’ai également changé mon mode de vie : je me suis mise à beaucoup marcher (nous étions à Paris à cette époque-là et j’ai commencé à marcher ou à prendre un vélib au lieu du métro – j’avais le temps, nous n’avions pas d’enfants ! 🙂 ), j’ai fait plus de sport, et augmenté les sorties le week-end avec mon Mari au lieu de rester affalés dans notre canapé (il a d’ailleurs lui aussi perdu du poids à l’époque), et même les tâches ménagères.

Bien sûr, j’ai plus que frôlé le comportement anorexique, c’est certain, je le frôle encore surement, en tout cas je suis toujours dans le contrôle, et c’est tout aussi certain que nos soucis pour concevoir H. viennent de là (arrêt de la pilule moins d’un an après le début du régime, et anovulation complète) …

Mais je préfère me concentrer sur le positif, car cette prise de conscience et tout ce qui a suivi m’ont apporté des éléments fondamentaux, je trouve – en plus d’une meilleure hygiène de vie, enfin j’espère, et d’un corps de ouf, bien sûr (attention, humour ! 🙂 ).

Le truc le plus trivial, c’est avoir redécouvert la sensation de faim … Depuis des années, je mangeais sans trop savoir si j’avais faim, juste parce que c’était « l’heure de manger », ou parce que j’avais des biscuits ou des bonbons à grignoter dans mon tiroir au travail … A présent, j’essaie dans la mesure du possible d’avoir bien faim avant de manger, c’est tellement agréable de manger un truc trop bon quand on a bien faim !

Je retiens également la notion d’effort et de récompense, que j’applique à présent à d’autres domaines, notamment dans mon travail. Cela découle directement de mon mode de fonctionnement alimentaire actuel qui me permet de me maintenir aisément à mon poids « préféré » : l’alternance de jours (ou de repas) diète/plaisir, que je vous expliquais aussi dans cet article.

J’ai réalisé qu’une religieuse au chocolat avait bien plus de saveur après un ou deux jours à manger léger, ou qu’il était bien plus facile de se motiver à faire un footing en ayant en tête un bon plateau de sushis, par exemple … J’aime beaucoup cette notion d’effort accompli et d’objectif atteint, et le fait qu’on s’offre un petit plaisir pour se récompenser …

tumblr_mmhpzphBhU1reb2pfo1_1280.jpg

Exemple testé et approuvé : les cupcakes de la Magnolia Bakery après avoir marché des kilomètres dans New-York en amoureux ❤ 

Dans le travail, j’applique cela aussi au quotidien : je me fixe des objectifs à moi-même dans la journée, par exemple « allez je me mets à fond sur le dossier Machin, et quand j’ai fini je vais faire un tour sur WordPress ». 🙂

Maintenant, je me demande si nous appliquerons cela dans l’éducation de nos enfants, parce que, finalement, cette notion se rapproche un peu du « bâton et de la carotte » – enfin, de la carotte, en tout cas. Je n’aime pas trop cette idée de dire aux enfants « si tu fais bien ceci, tu auras droit à faire cela », mais je m’aperçois que nous le faisons déjà avec H. ! « Si tu acceptes de t’habiller maintenant, tu pourras regarder un autre épisode de Tro-tro » … 😦

Et vous, ça vous parle, la notion effort / récompense ?