There’s no place like home [Mode PB]

Voilà, on m’a relâchée ce matin !

Le monito de ce matin n’était pourtant pas tip-top, mais une nouvelle mesure du col par échographie a montré qu’il n’avait toujours pas bougé depuis mardi – voire qu’il avait rallongé (?) … Bon cette écho a aussi permis de voir que le loustic avait changé de position et était à présent en siège, mais bon, on va pas se prendre la tête avec ça maintenant … Le point positif du coup c’est que la tête n’appuie pas sur le col, donc …

La conclusion de cet épisode un peu fâcheux semble être que j’ai un utérus très contractile, mais que tant que ces contractions n’influent pas sur le col, tout va bien.

Bref, je n’arrête pas de me répéter depuis tout à l’heure « There’s no place like home* », et de contempler avec ravissement notre terrasse, comme si j’étais partie depuis trois mois et non trois jours …

IMG_20160428_150805601

Je me dépêche les jours qui viennent de finir les dossiers en cours au travail (mais en position semi-allongée sur mon lit), et ensuite le programme des prochaines semaines, c’est du repos, du repos, du repos, agrémenté de petites balades au soleil et de chocolat (!), de vrais moments de pregnant-bitch avec la préparation à la naissance et les préparatifs dans l’appart, et de câlins avec mon H. (quand il veut bien !), en savourant et protégeant au maximum ce petit trésor …

Merci à toutes pour votre soutien ces deux derniers jours … ❤

* : cette citation anglaise est bien connue, mais je la tire personnellement d’une référence inavouable que je n’avoue qu’à vous ou presque, la série « One Tree Hill » (« Les frères Scott » en France), dont nous avons suivi, mon Mari et moi, assidûment et avec passion les premières saisons (team Peyton forever).

Publicités

Le dernier trimestre, quand même ! [Mode PB]

Je l’ai sûrement déjà dit ici, mais j’aime beaucoup les chiffres, dans notre vie quotidienne, genre mon poids, celui d’H. ou sa taille, les dosages d’estradiol ou la taille des follicules et de l’endomètre lors de mes stimulations en PMA, les mensurations de mes trésors lors de mes grossesses … Je les retiens, les compare, les manipule dans ma tête : bon ok en résumé, je suis une « control freak » hein, rien de nouveau …

Bref, je suis également très « dates » du coup, notre anniversaire de rencontre (coïncidant à présent avec notre anniversaire de mariage – à + 10 ans), les moisiversaires d’H., mes anniversaires de travail dans ma boîte (six ans dans un mois et demi !), et l’avancée de mes grossesses : en SA puis en mois …

Je suis particulièrement contente quand je change de trimestre, surtout du premier au deuxième comme je vous le disais dans mon billet sur la loi anti-premier trimestre. Mais depuis quelques jours, je pensais avec plaisir à mon entrée dans le troisième trimestre, qui signifie le congé maternité qui approche, le ventre qui s’arrondit bien, les coups très présents du loustic, les préparatifs et la grande rencontre qui se profile … Bon, je sais bien que ce trimestre est synonyme de petits désagréments également : fatigue accrue, on est plus lourde, des problèmes de jambes lourdes peuvent apparaître, d’aigreurs d’estomac, les insomnies peuvent s’intensifier, les douleurs lombaires ou inter-costales également …

Je me souviens (évidemment) de mon entrée dans le dernier trimestre pour H. : nous étions en week-end à Londres, je venais d’en finir avec le dernier examen pro très important que je devais passer, bref j’étais épanouie et sereine …

Aujourd’hui, mon entrée dans le dernier trimestre est un peu entachée par mon alerte de MAP de lundi soir, et par mon hospitalisation …

Je devrais sortir demain en fin de matinée, si tout va toujours bien d’ici là … Je mentirais en vous disant que je ne trouve pas ce séjour long du tout, mais, comme je le disais hier, je ne veux pas me plaindre car je sais que des choses bien pire peuvent malheureusement arriver … Et puis, je sais qu’une fois rentrée à la maison, lorsque j’aurais pris mon rythme de croisière de ce congé maternité prématuré (tant que c’est pas le bébé !), je savourerai  encore plus ma chance inouïe d’avoir ce petit loustic qui gigote là-dedans …

Bienvenue donc dernier trimestre ! En espérant bien sûr que tu sois le plus long possible … 🙂

Une petite piqûre de rappel [Mode PB]

Voilà, c’est toujours bien de se rappeler de temps en temps que le monde des Bisounours est bien loin de la vie réelle : il semblerait que je sois en menace d’accouchement prématuré légère, à 28 SA tout pile … 😦

Après des contractions plus silencieuses du tout dimanche soir, et à partir du milieu d’après-midi hier, nous avons appelé à la rescousse une chère amie habitant à deux pâtés de maisons de chez nous pour veiller sur le sommeil d’H., et sommes arrivés tout fringants (ou pas) aux urgences vers 22h30 …

Prise en charge rapide, soulagement immédiat sur le col toujours bien haut et fermé, mais monito quand même bien moche : contractions assez fortes toutes les 3-4 minutes …

Du coup, première injection de corticoïdes pour la maturation des poumons du loustic (imperturbable lui heureusement, et toujours aussi tonique) : un peu flippant quand même d’en arriver là mais je me répète que mieux vaut prévenir que guérir, n’est-ce-pas ?

Privilège ultime de passer la nuit là-bas, loin de mes trois hommes (ne jamais oublier Naruto) … Et perfusion de spasfon en continu depuis hier soir – me trimbaler ce truc me donne l’impression d’être à l’article de la mort … Néanmoins (et heureusement), le monito de ce matin était beaucoup mieux (je n’ai pourtant quasiment pas dormi de la nuit), et là j’ai l’impression de n’avoir eu que très peu de contractions aujourd’hui.

Mesure du col par écho tout à l’heure : il n’a pas bougé depuis mon dernier rendez-vous chez ma gynéco il y a douze jours, et est tout à fait ok pour le stade de ma grossesse … Ouf !

Deuxième injection de corticoïdes ce soir, donc deuxième nuit dans ma superbe chambre tout confort ! Je n’ai bien sûr qu’une envie : revoir mon grand petit bonhomme et dormir dans mon lit (au mieux je sors demain après-midi mais peut-être seulement jeudi matin) … 😦

Bon, nous découvrons ainsi notre nouvelle maternité, que je ne peux m’empêcher de comparer à Necker bien sûr … Ma chambre – individuelle, ouf – a toutes les commodités (salle de douche avec WC, et lavabo et plan à langer dans la chambre), mais mériterait un bon coup de rafraîchissement …

Bref, la suite du programme, c’est ne plus travailler bien sûr (bouh, trop dur), se reposer au maximum (sans être alitée a priori), et une surveillance bi-hebdomadaire par une sage-femme à domicile …

Je ne veux pas avoir l’air de me plaindre, car je mesure la chance que ce ne soit qu’une petite piqûre de rappel donc … Mon petit esprit tout sensible n’a d’ailleurs pas cessé de penser au cauchemar que doivent vivre toutes les femmes hospitalisées pour fausse couche ou IMG en plein milieu d’une maternité : des pleurs irritants mignons de nouveaux-nés ne cessent de retentir autour de moi depuis hier soir … 😦

En ce qui concerne les causes de cette alerte, c’est toujours difficile à établir : j’ai marché environ deux heures dimanche en fin d’après-midi (mais pas d’affilée), H. était malade la semaine dernière et nous a bien fatigués … Et les sage-femmes ici m’ont dit qu’elles voyaient souvent des utérus contractiles chez les physiques menus et « secs » comme le mien … Et dire que je travaille de chez moi et n’ai donc pas de transports !

Je vais donc être très prudente les prochaines semaines, car il faut qu’il reste bien au chaud encore un bon moment, le bonhomme ! Mais je n’ai vraiment plus trop d’espoir d’accoucher plus tard que pour H. (37 SA), et ce serait déjà très bien d’arriver jusque là …

Il faut se rendre à l’évidence : je crois que je ne suis pas faite pour être « pleinement » enceinte … 😦

Even better than the real thing

Ou « jamais sans mon vernis à ongles » …

Je ne me maquille pas beaucoup, plutôt minimum syndical sauf les yeux : mascara-fard à paupières-crayon khôl sous l’œil, quasiment jamais de fond de teint, les lèvres bien hydratées mais très rarement du rouge à lèvres également … Je suis assez fainéante disons, et ça me va très bien comme ça !

Par contre, il est très rare que les ongles de mes mains ne soient pas vernis. Aux beaux jours ou en hiver, si je sais que je vais être dans un contexte de baignade, il en est de même pour les pieds …

Je ne me souviens plus exactement quand j’ai commencé, mais en classe de Première je pense. Je me souviens par contre par quelle couleur j’ai commencé sur les mains : le noir ! Et oui, je vous avais dit dans ce billet que je suis depuis toujours attirée par l’esthétique gothique …

Pendant mes études, dans un contexte très masculin, j’en ai moins porté, mais depuis environ dix ans, j’ai les ongles des mains peints pratiquement en continu, je me « force » à faire des pauses de temps en temps pour les faire respirer …

Je sais très bien ce qui m’a fait basculer : le vernis Black Satin de Chanel … Mon snobisme et mon amour du noir ont été parfaitement comblés avec ce vernis, cela fait plus de dix ans donc, et je n’ai pas changé d’avis : c’est le plus beau vernis du monde. 😉

Et comme je suis monomaniaque (et snob – je répète), ça a donné ça (et encore il manque le Blue Satin cassé par Naruto il y a quelques années) :

IMG_20160421_141151.jpg

Une belle brochette …

On peut critiquer le prix des vernis Chanel, et leur tenue très faible (mais avec un très bon top-coat, genre celui d’OPI ils tiennent facilement une bonne semaine – sans faire la vaisselle), mais il faut reconnaître que leurs couleurs, leurs noms, leur packaging et leur longévité dans leur bouteille (mes plus vieux ont environ dix ans donc) sont imbattables …

Nous avions en plus instauré un rituel avec mon Mari, c’est Lui qui m’a offert tous mes vernis, au gré des occasions, et souvent à l’étranger (car on les trouve un peu moins cher dans certaines devises) …

Je me suis bien sûr mariée en vernis Chanel, le Miami Peach, car ma robe était orange (si, si) :

58087_1555776047227_5531071_n

(La photo ne rend hommage ni au vernis, ni aux bagues 😉 )

Je n’ai donc porté que des vernis Chanel pendant des années, et je me faisais un plaisir d’en changer régulièrement bien sûr. Par contre, pour la base et le top-coat (indispensable ! ), c’est OPI à la vie à la mort.

Mais, il y a trois ans, un nouveau commerce a ouvert en bas de mon travail et a changé ma vie : un salon de beauté, qui proposait la pose de vernis semi-permanent …

C’était au plus fort de notre parcours PMA pour H., alors j’ai tenté un jour en me disant que ça me changerait les idées … Cette invention est révolutionnaire ! Pour la grande faignasse que je suis, c’est le top : un vernis qui tient quatre semaines !

Je fais donc des infidélités à Chanel pour les mains depuis, et m’offre régulièrement une pose de semi-permanent. J’ai du changé de crèmerie en quittant Paris (de toute façon le salon en bas du siège parisien de ma boîte a déménagé – et on déménage aussi, bref), et j’ai trouvé chaussure à mon pied dans ma nouvelle ville. Par contre, je reste fidèle à ma mono-maniaquerie : OPI ou rien !

IMG_20160415_133630

Et vous, vernis ou pas vernis ?

* : et en bonus, l’inspiration pour mon titre d’aujourd’hui, un groupe auquel je suis fidèle depuis près de 20 ans (enfin jusqu’à  l’album »Pop » seulement, faut pas déconner) …

Une bien meilleure personne …

Je n’en doutais plus beaucoup depuis toutes ces années à me fréquenter, mais j’ai eu encore la confirmation que je ne suis décidément pas une très belle personne …

Ou en tout cas qu’il y a de bien meilleures personnes que moi …

Ces derniers jours, une amie était en vacances par chez nous. Je vous en ai déjà parlé, près de cinq ans d’essais, une prise en charge tardive pour enfin découvrir un Monsieur OATS, une FIV1 l’année dernière qui n’a rien donné malgré quatre beaux embryons … A l’aube de FIV2 en février, Monsieur craque et préfère faire une pause (dans leur couple aussi ?) … Alors vous n’imaginez que trop bien l’état d’esprit actuel de mon amie …

J’avais déjà été agréablement surprise de sa réaction lors de l’annonce de ma grossesse fin janvier, mais nous ne nous étions parlées qu’au téléphone, et on peut toujours se dire que c’est plus facile de masquer ses sentiments au téléphone …

Mais là, elle a tenu à passer la journée de vendredi avec moi, et donc avec H. et mon gros bidon. J’ai évidemment veillé à ne jamais parler spontanément de ma grossesse, mais elle a posé plein de questions, a voulu voir la future chambre du bébé (!) afin que je lui explique les aménagements que nous prévoyons. Au milieu de tout ça, j’ai également veillé à ne pas faire la MILK avec H., mais je vous laisse imaginer comment peut se comporter un petit garçon de deux ans avec sa maman devant une inconnue (il est trop petit pour se souvenir de cette amie que nous ne voyons que quelques fois dans l’année) … Donc j’ai bien du m’occuper de lui …

Hier soir, nous mangions chez des amis communs. Nous étions quatre couples, heureux en ménage (enfin, il me semble lol), et surtout tous heureux parents de deux enfants ou presque, et cette amie …

Six enfants en tout de 5 à 2 ans, et deux femmes enceintes :  pardon mais c’est juste moi ou c’est le cauchemar de toute PMette ?

Je me suis revue début septembre 2013, au bord de cette plage qui est la nôtre à présent, entourée de ces mêmes heureux parents et de leurs tout jeunes enfants, discutant entre eux allaitement, quantités journalières de biberons et modes de garde … Mais nous ne faisions pas partie des heureux parents à ce moment-là, et j’avais ravalé avec peine mes larmes tout au long de la soirée, en me vengeant sur le pique-nique et en me félicitant de ma ligne parfaite en maillot (pathétique, oui) …

Nous ne le savions pas bien sûr, mais le lendemain de cette soirée a été retenue comme date de début de grossesse pour H. … Je donnerais pas mal de choses pour que ce soit la même chose pour mon amie aujourd’hui, mais je crains malheureusement que cela soit beaucoup plus compliqué pour eux …

Alors, hier soir, j’ai été mal à l’aise toute la soirée, j’ai essayé vainement de faire disparaître mon ventre, et j’ai surtout grincé des dents à plusieurs reprises suite à des réflexions et comportements peu délicats de mes potes – qui n’ont pas vécu les affres du désir contrarié d’enfant … Je ne dis pas que je suis irréprochable, mais il me semble avoir développé une sensibilité particulière sur le sujet …

J’ai également bien mesuré ces derniers jours ô combien mon amie est une meilleure personne que moi …

Jamais il y a trois ans je ne me serais mise dans de telles situations de mon plein gré (après tout, elle est venue en vacances par chez nous mais elle aurait pu aller dans bien d’autres endroits) … Jamais il y a trois ans je n’aurais pu m’intéresser aux enfants des autres et à mes amies enceintes comme elle le fait …

Je regrette de toute façon de m’être peu intéressée aux grossesses de mes copines survenues pendant notre parcours PMA … Je me suis d’ailleurs depuis excusée auprès de mes plus proches amies à ce sujet …

Mais j’aurais tellement aimé être une meilleure personne à ce moment-là …

A., si tu savais comme je t’admire et comme j’espère pour vous …

La dernière croisade ? [Mode PB]

Je suis rentrée mercredi soir de mon périple parisiano-basque : Nice-Anglet (avion pour Bordeaux puis voiture) le mardi 5, pour cinq jours de vacances chez mes beaux-parents, 5h de train Bayonne-Paris dimanche 10, trois jours à Paris avec transports en commun bien sûr, dîners avec les potes, et travail intense, dont un déplacement pro le mardi à 1h10 de train de Paris, et avion Paris-Nice pour rentrer mercredi soir donc …

Je vous le disais dans un de mes derniers billets, ma gynéco n’était pas contente du tout de ce périple … J’ai donc essayé de me ménager dans la mesure du possible, mais bon, vous commencez à me connaître, j’ai quand même fait de longues balades à pied, pour garder une activité physique, surtout vu tout ce qu’on a bouffé lol …

Mais, j’ai eu mon rendez-vous du sixième mois hier (à 26 SA + 2), et tout va bien : col nickel et le petit gars a bien grossi … Me voilà bien rassurée, comme après chaque rendez-vous !

Tous ces déplacements n’ont donc eu aucune conséquence, tant mieux !

Enfin si, une, quand même : j’ai pris près de deux kilos en 10 jours lol … Les plats de mes beaux-parents, le reste des chocolats de Pâques, les macarons « traditionnels » des maisons basques Maison Adam et Pariès, et la succession de restos à Paris, ont eu raison de moi et de ma gourmandise … Bon, ça me met à environ +5 kilos en tout, ce qui reste « acceptable », je reprends mon rythme habituel d’alternance « diète/plaisir », et ça devrait le faire … 🙂

Néanmoins, il me semble que c’est plus sage, je pense que c’étaient mes derniers gros déplacements jusqu’à la fin de ma grossesse : pas de vacances prévues avant cet été, après la naissance, et je ne pense pas retourner à Paris pour le travail avant mon congé (mi-juin a priori).

J’ai d’ailleurs eu un coup au cœur et les yeux qui piquent allègrement en quittant ma boîte mercredi : le siège de mon cabinet déménage à la mi-mai, pour aller pas bien loin, mais bon. Ils quittent donc des locaux qu’ils occupaient depuis environ 15 ans je crois, et moi depuis six ans (bon ok depuis un an et demi je suis chez moi dans le sud, mais quand même) … C’est finalement la première boîte où je travaille, et j’ai une propension ridicule à m’attacher aux lieux et aux ambiances … Alors voilà, la rue de P. dans le 8ème va me manquer … Et surtout la boulangerie et le resto de sushis que j’adorais juste à côté … #gourmandeunjourgourmandetoujours 😉

P.S. : je continue dans les confessions ridicules et vous confirme que le titre de ce billet est inspiré d’un de mes films préférés … 😉

18895516

Entre deux mers – Cartes postales #2 et #3

Lui est un pur produit de l’océan Atlantique : enfant, il a passé toutes ses vacances en Bretagne où réside toute sa famille sauf ses parents, et a été élevé sur la côte basque dès ses deux ans suite à une mutation de son père … Très bon nageur, moniteur de voile, surfer à la vie à la mort, il lui faut du vent et des vagues …

Avant de le rencontrer, je ne connaissais que ma mer Méditerranée, aux bords de laquelle je suis née et ai été élevée sur mon île de beauté … Calme – presque toujours – plat, température de l’eau toute douce … Ah j’y ai passé des heures et des heures, dans cette mer, depuis toutes ces années, mais sans développer de très bonnes aptitudes nautiques -comme la plupart de mes compatriotes d’ailleurs …

Quand j’ai découvert l’océan à 19 ans, il m’a fait peur, je l’avoue, et j’ai mis plusieurs années à l’apprivoiser … Maintenant, il fait partie de notre histoire, et sa beauté sauvage me ravit à chacune de nos visites …

Et nous nous sommes rencontrés au bord de la Méditerranée … Nous nous sommes éloignés d’elle quelques années, puis nous l’avons retrouvée il y a un an et demi … Définitivement ? Bah, qui sait ? 🙂

Pendant nos vacances la semaine dernière, nous avons profité de nos deux mers …

Quelques jours tranquilles chez nous avec un temps superbe :

IMG_20160404_112627

Plage du Ponteil, Antibes – H. en guest star

Et quelques jours sur la côte basque chez mes beaux-parents (avec le mini-séjour en thalasso en amoureux qui va bien) :

IMG_20160406_113620177_HDR

Plage de la Chambre d’Amour, Anglet

Bien entendu, je me demande déjà à quel point nos enfants vont aimer nos deux mers … Mais je ne doute pas qu’ils suivront les traces de leur père … ❤

Et vous, quelle est « votre » mer ?