Ce jour où tout a basculé …

[Préambule : je raconte dans ce billet-fleuve le début de ma grossesse pour H. … J’ai comme un besoin « d’exorciser » ces moments, pour tourner la page disons … Je ne veux blesser personne, alors je préfère vous prévenir …]

Il doit être 21h passés, ce lundi 23 septembre 2013, lorsque je rentre chez nous après deux heures de gym suédoise où j’ai fait l’accueil mais pas les cours car je suis en DPO (la deuxième IAC a eu lieu le 10 septembre), et nous voulons évidemment mettre toutes les chances de notre côté pour une potentielle accroche durable …

Nous devons faire LA prise de sang le lendemain matin … Et Lui me dit, alors que je l’ai à peine salué et mis un pied dans l’appart : « ça suffit, fais un test tout de suite » … Je me souviens Lui avoir bêtement répondu « Mais, il faut que ce soit avec les urines du matin ! », ce à quoi Il m’a rétorqué « Si c’est largement positif, c’est positif même dans la journée » …

Me voilà donc à faire ce que je dois faire dans les toilettes … Bizarrement, je ne me souviens pas précisément des minutes qui ont suivi le test, mais je crois Lui avoir dit « ah tiens, c’est positif là, non ? », de la même manière que j’aurais pu dire le contraire … Je sais qu’il n’y a pas eu d’hurlements extatiques, de larmes abondamment versées … Je ne me souviens même plus si nous nous sommes serrés fort, ou embrassés tendrement ou à pleine bouche …

Je me souviens nettement par contre de la nuit quasi-blanche qui a suivi, pour nous deux. J’ai du voir passer chaque heure de cette nuit interminable … mais je donnerais pas mal de choses pour revivre ce genre de nuit blanche …

Le matin du 24 septembre 2013, aux aurores, j’ai fait un deuxième test qui était bien sûr encore plus positif (et nous l’avons gardé – désolée), et nous nous sommes rendus au labo bien avant l’ouverture … Je me souviens avoir demandé à l’infirmière, en balbutiant : « ça peut être faussement positif un test de grossesse ? » … La pauvre … Elle a du me prendre pour une adolescente de 15 ans … enfin, en faisant abstraction de mes immenses cernes et de mes joues creusées par la nuit blanche …

Je n’oublierai jamais non plus le petit-déjeuner que nous avons pris dans le café d’en face, donnant sur le magnifique métro aérien de la ligne 6, à Sèvres-Lecourbe … Cinq mois plus tôt, au même endroit, nous avions du mal à retenir nos larmes en buvant notre café, après la prise de sang pour la dernière stim où nous y avions cru très fort à cause de nouveaux symptômes dus à utro-copain, car le test du matin avait été sans appel … La boucle était-elle bouclée ?

1024px-P1030332_Paris_XV_boulevard_Pasteur_Sèvres-Lecourbe_rwk

Un peu avant 14h, en bas de mon travail, j’appelle le labo … Le taux était de 202 … Je ne sais pas comment j’ai pu donner le change devant mes collègues, car nous avions cette après-midi là le pot de départ à la retraite de mon ancien patron, donc je n’avais pas pu me cacher derrière mon PC, il avait fallu faire semblant d’écouter les gens et, pire, de leur répondre de façon cohérente ! Je me souviens que ma tête bourdonnait, et que mon cœur faisait des saltos arrière dans ma poitrine …

Ce jour-là, nous fêtions nos 13 ans ensemble, et le lendemain, pour nos trois ans de mariage, nous enterrions Son grand-père … La nature a horreur du vide, n’est-ce-pas ? 😦

Forcément, c’est facile à dire après coup, mais, ce lundi soir de septembre 2013, mon Mari savait très bien ce qu’allait donner le test. Je sais qu’Il s’était bien gardé d’insister là-dessus de peur que je tombe d’encore plus haut, mais Il savait que les pertes rosées que j’avais eues une semaine avant et qui m’avaient contrariée – je croyais que c’était déjà les vilaines qui arrivaient – étaient vraiment très bon signe … Depuis que nous essayons d’avoir le deuxième, je les guette à chaque fois désespérément, au moment à peu près adéquat dans le cycle, alors que je sais très bien qu’elles ne sont en aucun cas « obligatoires » … Bref …

Il y a eu trois autres dosages prescrits par le cabinet du Dr D., répartis sur une dizaine de jours, tout aussi excellents, et surtout deux échos précoces, la première le 14 octobre 2013, à 7 SA, avec un petit haricot au joli cœur qui bat, et la deuxième deux semaines plus tard, où le petit haricot ressemblait à un biscuit « lulu l’ourson », avec des débuts de bras et de jambes, ce qui nous avait paru complètement fou …

Je me souviens aussi très bien du premier jour où j’ai eu des nausées, c’était le 3 octobre, à 5 SA et quelques donc, je m’étais sentie bizarre toute la journée, et je n’ai réalisé que le soir ! Pauvre chose que j’étais, dire que mes amies les nausées ne m’ont pas lâchée jusqu’aux trois mois bien révolus … Mais elles me rassuraient finalement, et à l’inverse, j’ai mis plusieurs jours à réaliser qu’elles étaient parties …

Encore plus marquant, je suis persuadée d’avoir senti très tôt « quelque chose », comme des petites bulles dans le ventre, c’était chez mes parents mi-novembre, avant même la première écho officielle … Ensuite, les sensations se sont amplifiées jusqu’aux vrais coups de pieds (ou de mains) …

Bizarrement, j’ai été très sereine pendant mes premières semaines de grossesse, il était impensable pour moi que quelque chose se passe mal … Par contre après l’écho officielle du premier trimestre, comme nous n’avons pas eu un suivi mensuel avec échos, j’ai eu quelques moments de panique, et réclamé deux-trois échos « clandestines » aux urgences … Je me souviens particulièrement de la fois où une amie (PB C1 ou presque par deux fois) a voulu me donner des habits de bébé, j’étais à environ 4 mois de grossesse, il restait plusieurs semaines avant l’écho des 22 SA, et donc j’avais complètement paniqué à l’idée de prendre déjà chez moi des habits de bébé … La pauvre, mon amie n’a pas trop du comprendre ma réaction …

Mais les semaines et les mois sont passés sans accroc, à part une petite alerte vers 33 SA qui m’a valu d’être arrêtée un peu avant la date officielle. Mes 4 semaines 1/2 de congé pré-natal comptent d’ailleurs depuis parmi les meilleures semaines de ma vie … Un gros bidon à observer, des bons bouquins et surtout pas de télé, un gros Naruto ronronnant, des religieuses au chocolat et des balades à l’infini dans mon 15ème arrondissement adoré …

Et à 37 SA tout pile, le samedi 10 mai 2014 à 13h18, Monsieur H. l’Impatient était enfin là …

Publicités

8 réflexions sur “Ce jour où tout a basculé …

    1. Oui j’avoue que ça fait du bien d’écrire ces souvenirs … Et j’espère d’abord qu’il y aura une deuxième grossesse, pour l’épanouissement on verra le moment venu lol …

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s