Là d’où l’on vient …

Je viens d’une petite ville coincée entre la mer et la montagne, au nord d’une île de beauté …

328505_2962167686139_59123527_o

Il paraît que ce n’est qu’une ville de passage pour les touristes, qui débarquent au port et se dépêchent de rouler vers le sud ou de l’autre côté de l’île … Pourtant, pour moi, c’est bien plus qu’une ville de passage, c’est ma ville pour toujours …

Je connais chaque pavé irrégulier, chaque façade décrépie ou joliment recolorée du centre-ville, chaque arbre et statue de la place principale, et j’entends parfois dans ma tête le bruit du linge étendu entre deux immeubles dans les ruelles étroites, qui claque au vent, souvent présent par ici …

J’y ai passé les dix-huit premières années de ma vie, en plein centre-ville, dans le même appartement, que mes parents habitent toujours, bien trop grand pour nous trois à l’époque et encore plus grand pour eux deux maintenant, mais je pense qu’ils ne le quitteront que par la force des choses …

J’ai arpenté mille fois le chemin de l’école primaire, puis du collège (très court chemin car juste en face), et enfin du lycée, et j’y ai vécu mes premiers émois amoureux, évidemment … Cette ville a contribué à faire de moi ce que je suis aujourd’hui, avec cette particularité d’être insulaire, que les autres ne comprennent pas, et aussi en sachant très tôt que j’allais forcément la quitter, car je n’avais pas de possibilités pour y suivre des études et encore moins pour y trouver du travail …

Cela fait déjà quinze ans que je n’y vis plus, mais à chaque fois que l’avion amorce sa descente vers la piste, et que les roues se posent, mon cœur manque un battement : je sais que je suis chez moi.

Parfois, plus même que l’envie de voir mes parents, c’est une envie viscérale de me promener dans cette ville qui me prend aux tripes … Comme c’était le cas ces dernières semaines, car je n’y étais pas retournée depuis mars (mes parents ont une maison de vacances plus au sud où nous allons l’été) …

Nous y sommes pour trois jours, et comme à chaque fois que nous venons depuis sa naissance, mon bonheur est décuplé par la présence d’H. à mes côtés …

Que représentera cette ville pour lui ? Malheureusement, la réponse est évidente : cela dépendra du moment où mes parents disparaîtront … Si c’est encore dans longtemps, je n’ai aucun doute qu’il y sera très attaché également, par contre, dans le cas contraire … je sais que je ne garderai pas l’appartement, alors nous n’aurons surement plus de pied à terre là-bas (à part mes parents, je n’ai pas de famille qui y vit) …

Au-delà de ces pensées morbides (désolée !), je trouve cette question de transmission fondamentale : lorsqu’ils n’y ont jamais vécu, que devient pour nos enfants l’endroit où l’on a grandi ?

Publicités

7 réflexions sur “Là d’où l’on vient …

  1. et la façon dont on en parle. si on y va souvent ou pas. nous habitons là ou mon mari a grandi, donc quand on passe devant son école notre loulou le dit « c’est l’école de papa ». mon chez moi il le connaît moins (mais j’ai pas mal déménagé ». c’est à nous de transmettre, de raconter, de montrer afin de ne pas oublier.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s